Click the link only if the player does not load in about 5 seconds.

WRCB LIVE

Chaque Dimanche allez vous detendre au Club Bazilique a City Limit Randolph ancien local de Copa Grande.Admission $10 .Pour info 617 504 1723.Merci

Ecoutez Radio Concorde now on Audio Now  213 9924329


LeBron signe à Cleveland et redore son image

Difficile de lui en vouloir lorsqu’il explique qu’il veut rentrer là où il a grandi, un endroit où sa présence peut changer des vies, une explication qui dépasse le basket ou le sport. On parle de l’avenir de toute une communauté sur laquelle LeBron peut avoir une influence jamais vu jusqu’à aujourd’hui.
 

Charles Barkley a déclaré qu’il est maintenant un fan inconditionnel de James pour le reste de sa vie. Je l’ai personnellement toujours considéré comme le meilleur au Monde parce qu’il sait tout faire sur un terrain. Il n’existe pas de joueur parfait et son point faible serait peut-être qu’on peut se demander parfois s’il possède le « killer instinct ». C’est la marque de fabrique de Jordan et Kobe mais c’est aussi souvent au détriment de leurs coéquipiers.
Ma mère me dit tout le temps que l’on a les qualités de ses défauts et le fait que James soit tout sauf égoïste fait que tout le monde adore jouer avec lui. C’est un joueur modèle, qui défend sans relâche ses coéquipiers, qui leur fait la passe en fin de match et surtout qui instaure une dynamique positive de travail mais toujours dans une ambiance sereine et positive.

Nombreux sont les joueurs qui ont annoncé vouloir suivre LeBron mais il n’y a pas de place pour tout le monde ! Mo Williams fut l’un des premiers à le faire, depuis la liste ne fait que s’allonger…

Son retour à Cleveland est une bénédiction pour cette ville qui n’est pas la plus attrayante qui soit. LeBron a toujours montré énormément d’attachement à sa ville natale Akron située à 40 minutes de Cleveland dans l’Ohio. C’est quelqu’un de loyal et surtout qui a un très grand cœur.
Dans le documentaire « More than a game » qui retrace son ascension au Lycée avec ses 3 meilleurs amis, on peut voir que LeBron est tout simplement quelqu’un de bien.
Il y a 4 ans, il a pris une décision purement professionnelle qui lui a permis de gagner des titres et d’être récompensé pour tout le travail qu’il a accompli. Il s’est alors fait insulté, son maillot fût brulé et le président des Cleveland Cavaliers a eu un profond manque de respect que très peu aurait pardonné. Malgré cela LeBron a accepté ses excuses avec beaucoup d’humilité et a aujourd’hui tourné la page.

Attention cependant à ne pas voir cette décision comme purement dénuée d’intérêt. LeBron revient chez lui dans une ville peu attrayante pour sauver les siens certes… Mais l’équipe de Cleveland, elle, est devenue attractive ! Aurait-il pris la décision de revenir si les Cavs n’avaient pas 2 excellents numéro 1 de la draft : Kyrie Irving et Andrew Wiggins ?
En une signature la franchise de Cleveland est passée d’une équipe moyenne à une équipe qui jouera clairement le titre la saison prochaine!
Ses jeunes talents ne seront peut-être plus les seules pépites à entourer James. La venue du meilleur joueur au monde va peut être pousser un des meilleurs intérieurs de la ligue à voir d’un œil neuf cette équipe en plein remaniement. Kevin Love et LeBron James sous les mêmes couleurs serait un véritable casse-tête défensif pour leurs adversaires.
Bien évidemment les meilleurs shooteurs du pays souhaiteraient aussi faire partie de cette armada. Les noms de Mike Miller, Ray Allen ou encore James Jones animent les conversations. Tous ces joueurs sont prêts à gagner moins d’argent pour recevoir les passes de LeBron, gagner des titres et vivre une vie de groupe sereine.
Si Cleveland réussi à faire venir Kevin Love et un shooteur, la faiblesse de la conférence Est est telle qu’il sera alors possible de voir Cleveland en finale dès la saison prochaine.
Maintenant que sa décision a été rendue publique le reste des signatures ne devrait pas tarder.


  Home   Nouvelles d'Haiti   Nouvelles Inter.  Culture  Contact |  | Sports d'Haiti    Sport International   Programme

AudioNowRadio Concorde  617 298-1580

Espionnage: Berlin espère un rétablissement de la confiance avec les USA

Le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel, le 19 juin 2013 à Berlin

La chancelière allemande Angela Merkel a regretté samedi l'effritement de la confiance entre les USA et l'Allemagne, tandis que le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier appelait à "revigorer l'amitié" transatlantique, après les scandales d'espionnage.

Dans un entretien à la télévision publique ZDF enregistré samedi et qui sera diffusé dimanche, Mme Merkel a déploré: "l'idée que l'on doive toujours se demander, quand on travaille ensemble, si celui qui me fait face, travaille peut-être en même temps pour quelqu'un d'autre, pour moi ce n'est pas une relation de confiance".

"Nous avons ici visiblement des points de vue différents et nous devons en parler", a poursuivi Mme Merkel. Et d'ajouter qu'elle espérait "naturellement un changement" dans le comportement des Etats-Unis.

Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, qui doit rencontrer dimanche son homologue américain John Kerry, à Vienne, pour tenter de régler ces différends, a quant à lui lancé un message très clair aux USA, espérant qu'il contribuerait à revigorer l'amitié transatlantique.

Dans une interview au journal dominical allemand Welt am Sonntag, M. Steinmeier a déclaré: "je pars du principe, aussi dans les entretiens que nous menons actuellement, que tous les responsables sont prêts à collaborer et faire sincèrement en sorte de revigorer l'amitié transatlantique entre l'Allemagne et les USA".

"Naturellement, nous attendons pour cela des Américains une contribution énergique", a-t-il ajouté.

De son côté, la chancelière Merkel, qui a vécu en RDA jusqu'à la chute du Mur de Berlin, a constaté: "Nous ne vivons plus à l'époque de la Guerre froide où chacun s'est probablement méfié de chacun".

"Je crois que les services secrets du XXIe siècle doivent se concentrer sur les choses importantes et nous travaillons très étroitement avec les Américains. Je souhaite que cela continue", a-t-elle affirmé.

Mme Merkel a, une nouvelle fois, rejeté toute idée de remettre en question les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP), à cause de l'affaire d'espionnage.

Vendredi, les Etats-Unis avaient clairement laissé entendre qu'ils n'appréciaient pas la réaction des autorités allemandes sur l'affaire d'espionnage qui a conduit Berlin à demander au chef espion américain en Allemagne de quitter ce pays.

"Des alliés dotés de services de renseignement sophistiqués, comme les Etats-Unis et l'Allemagne, comprennent avec un certain degré de détails ce que ces relations et ces activités de renseignement impliquent exactement", avait déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest.

"La façon la plus efficace de régler les différends est de passer par les canaux privés établis, pas par les médias", avait-il souligné.

 

Coupe du monde - Malgré la déroute, Scolari ne démissionne pas

Coupe du monde - Malgré la déroute, Scolari ne démissionne pas

Vainqueur de la Coupe du monde en 2002 à la tête du Brésil, Luiz Felipe Scolari n'a pas connu le même succès lors de l'édition 2014. La gifle reçue face à l'Allemagne (1-7) semble l'avoir condamné au départ. Mais la Seleçao a encore une rencontre à disputer, lors de la petite finale samedi (22h), contre l'Argentine ou les Pays-Bas. Et le sélectionneur auriverde ne se prononcera pas avant."Nous avons encore du travail. Nous avons un engagement avec la CBF (la Fédération brésilienne de football) jusqu'à la fin de la Coupe du monde. Et la fin de la Coupe du monde, c'est samedi. C'est après cela que sera défini quelque chose", a-t-il clamé en conférence de presse ce mercredi.Difficile de le voir poursuivre l'aventure au Brésil après une telle déconvenue, surtout face à des supporters anéantis par l'élimination cinglante de leur sélection
 


Le soir où le Brésil a vécu un nouveau drame national

Si vous avez raté le match entre le Brésil et l'Allemagne, ce mardi soir, ce n'est pas bien grave : on en parlera encore dans 100 ans.

La Seleçao s'est inclinée 7-1, chez elle, en demi-finales de la Coupe du monde.

Un.

Deux.

Trois.

Quatre.

Cinq.

Six.

Sept buts allemands.

Oscar a marqué à la 90e minute mais évidemment, ça ne sauve rien du tout, ni les meubles, ni l'honneur, ni la patrie.

Un vrai drame national s'est noué au Mineirão, le stade de Belo Horizonte, devant une assemblée euphorique d'abord, en larmes ensuite, énervée enfin.

Pour en saisir l'ampleur, il suffit de se rappeler qu'il y a un mois, tous les Brésiliens ne parlaient que d'exorciser un premier drame : la défaite en finale contre l'Uruguay en 1950, au stade du Maracanã. Déjà un match de foot. Déjà une Coupe du monde à domicile. L'évènement était connu sous le nom de Maracanazo, "le choc du Maracanã".

Au musée du football de Sao Paulo, on passe par une salle noire où défile en boucle le but de l'Uruguayen Ghiggia et l'image d'une spectatrice qui pleure. "Ce match, c'est notre Hiroshima", disait le dramaturge Nelson Rodrigues : la République brésilienne n'a jamais été en guerre sur son territoire et son moment de tristesse nationale est un match de football.

Pour exorciser, le Brésil changea de maillot et ne joua plus un match pendant deux ans. Il devra changer bien d'autres choses que la mythique tenue jaune s'il veut redevenir le pays du beau football.

Dans l'humiliation, le naufrage du Mineirão dépasse le Maracanazo. On a vu pendant une heure et demie des gamins apeurés, des footballeurs patauds, des défenseurs perdus dans leur propre surface comme des poulets sans tête. Le capitaine du soir, David Luiz, a demandé en larmes "pardon à tous les Brésiliens".

 

 

 

 

 

 
Dans le bureau de Nicolas Sarkozy, une photo de Fidel Castro avec deux Rolex

 
 

Radio Concorde  2013 • Privacy Policy Terms Of Use

All rights reserved