Click the link only if the player does not load in about 5 seconds.

WRCB LIVE

Chaque Dimanche allez vous detendre au Club Bazilique a City Limit Randolph ancien local de Copa Grande.Admission $10 .Pour info 617 504 1723.Merci

Ecoutez Radio Concorde now on Audio Now  213 9924329


Etats-Unis: le conducteur du train ne se souvient de rien

Les sauveteurs autour du train qui a déraillé le 13 mai 2015 à Philadelphie

Le conducteur du train qui a déraillé mardi soir à Philadelphie (est des Etats-Unis) ne se souvient pas de l'accident qui a fait au moins 7 morts et plus de 200 blessés, a affirmé son avocat sur la chaîne ABC News.

Le conducteur du train, qui roulait deux fois plus vite que la vitesse autorisée quand il est sorti des rails, a été identifié dans les médias comme étant Brandon Bostian, un New Yorkais de 32 ans.

M. Bostian "se souvient conduire le train. Il se souvient se rendre dans cette zone d'une manière générale (mais) n'a absolument aucun souvenir de l'accident ou de quelque chose d'anormal", a déclaré son avocat Robert Goggin sur ABC News mercredi soir.

"L'autre chose dont il se souvient c'est d'avoir été projeté, d'avoir repris ses esprits, d'avoir retrouvé son sac, pris son téléphone portable et appelé le 911", qui est le numéro d'urgence aux Etats-Unis, a ajouté l'avocat.

M. Bostian ne se souvient pas avoir procédé à un freinage d'urgence. "Il a dit qu'il arrivait sur un tronçon où la vitesse est limitée. (...) Et la chose dont il se souvient ensuite c'est de s'être réveillé et de chercher son téléphone", a rapporté son avocat.

M. Bostian a été "très bouleversé" d'apprendre par la suite ce qui était arrivé.

Il coopère avec les autorités, auxquelles il a donné un échantillon de son sang et remis son téléphone portable, selon son avocat.

Le conducteur souffre d'une commotion cérébrale et d'une blessure à la tête qui lui a valu 14 points de suture. Il a aussi été blessé aux jambes.

Le maire de Philadelphie Michael Nutter a estimé jeudi sur la chaîne CBS que le conducteur s'était montré "imprudent et irresponsable".

"Je ne sais pas ce qui s'est passé avec lui, ce qui s'est passé dans la cabine" de pilotage du train. "Il n'y a aucune excuse possible", a-t-il ajouté.

Mardi soir, le train 188 de la compagnie ferroviaire publique Amtrak qui reliait Washington à New York a pris un virage à 170 km/h, soit deux fois la vitesse autorisée, avant de freiner d'urgence et de dérailler, selon les enquêteurs.

L'accident aurait pu être évité si des limiteurs de vitesse avaient été installés sur la voie comme requis par le Congrès d'ici la fin de l'année, ont-ils plaidé.

 

 

 

 

  Home   Nouvelles d'Haiti   Nouvelles Inter.  Culture  Contact |  | Sports d'Haiti    Sport International   Programme

AudioNowRadio Concorde  617 298-1580

 

Sophia Martelly écartée : déception, jubilation, risque d’apatridie

   Si les avocats de Sophia Saint-Rémy Martelly se disent profondément choqués par le rejet de la candidature de la première dame aux élections législatives, les avocats des contestataires jubilent et estiment que le CEP n’a pas succombé aux pressions du pouvoir. Pour sa part, le Premier ministre Evans Paul pense qu’il y a risque d’apatridie contre Madame Martelly qui dit avoir renoncé à sa nationalité américaine alors que le BCEN indique qu’elle n’est pas haïtienne non plus. Pas de recours. La décision du BCEN est définitive. Sur la Toile ou dans les médias traditionnels, la contestation suivie du rejet de la candidature de la première dame aux élections législatives a suscité beaucoup d’intérêt et fait l’objet d’un débat très animé. Le seul dossier à pouvoir faire ombre à la visite de François Hollande dans le pays. La décision du BCEN de rejeter la candidature de Sophia Martelly est perçue par certains comme une victoire du droit, pour d’autres, le CEP a craqué sous le poids des pressions de la rue. « Nous sommes très choqués. Au lieu d’appliquer la loi, le BCEN fait de la politique », a réagi Me Grégory Mayard-Paul, l’un des avocats de Sophia Martelly et conseiller spécial du chef de l’Etat. « La loi est claire, les articles 179 et suivant qui traitent du BCEN expliquent les conditions que doit remplir quelqu’un qui conteste une candidature. Or, ceux qui ont produit des contestations n’ont pas rempli les conditions… », a expliqué l’homme de loi. Selon lui, les contestataires n’avaient apporté aucune preuve. Pour Grégory Mayard-Paul, cette décision du BCEN met beaucoup de doutes sur l’objectivité du Bureau contentieux électoral national. Il se dit inquiet pour le reste du processus électoral tout en mettant en cause la crédibilité du CEP. Me Mayard-Paul estime que la décision du BCEN a été dictée par la rue et la politique, non par la loi. Selon lui, ce n’est pas une bonne chose pour le pays ni pour l’avenir de la démocratie. Même s’il sait très bien que la décision du BCEN n’est sujette à aucun recours, il annonce qu’il va quand même analyser toutes les possibilités. Dans un communiqué, la plateforme politique présidentielle, PHTK, proteste « énergiquement contre ces décisions irrespectueuses des principes et des lois de la République » et souligne pour ses partisans et la population haïtienne, les contradictions jugées les plus flagrantes dans la décision du BCEN. « Alors que dans l’affaire Jean David Colin, le BCEN reconnait à Madame Sophia Saint-Rémy Martelly la qualité d’haïtienne d’origine, dans l’affaire Louis Gerald Gilles le même BCEN déclare non prouvé sa nationalité haïtienne », a fait ressortir le parti. En outre, « dans l’affaire Jean David Colin, le BCEN ordonne au CEP d’écarter de la course électorale la candidature au Senat de Madame Sophia Saint-Rémy Martelly, dans l’affaire Louis Gerald Gilles, cette exigence n’est pas faite au CEP », a ajouté PHTK. « En présence de ces deux décisions, il est à se demander laquelle est applicable? Faut-il rappeler que le BCEN est un et indivisible et ne saurait souffrir de contrariétés de décisions. Fort de ces considérations, la plateforme PHTK entend utiliser tous les moyens et recours mis à sa disposition, ainsi que les lois de la République pour clarifier la situation et sauvegarder les droits fondamentaux et civils de sa candidate », conclu le communiqué. Parallèlement, pour Me Gervais Charles, l’un des avocats du candidat au Sénat pour le département de l’Ouest, Louis Gérald Gilles, contestataire de Sophia Martelly, le BCEN a pris une décision historique. L’avocat de l’organisation politique Fanmi Lavalas a appelé le CEP à continuer sur la même voie afin d’inspirer plus de confiance dans le processus électoral. Evans Paul redoute un cas d’apatridie « Nous sommes respectueux des principes démocratiques et nous espérons que toutes les décisions ont été prises dans ce même esprit », a déclaré le Premier ministre interrogé mercredi au cours d’une conférence de presse sur la décision du BCEN contre Sophia Saint-Rémy Martelly. Selon Evans Paul, le processus électoral doit être crédible à la fois aux yeux de l’opposition aussi bien qu’aux yeux du pouvoir et surtout aux yeux de la population appelée à renouveler la classe politique. Pour le chef du gouvernement, Sophia Martelly est une citoyenne et un candidat qui, comme tous les autres, a des droits, même si Evans Paul n’a pas précisé citoyenne de quel pays. Il croit qu’il faut voir le rejet de la candidature de Sophia Saint-Rémy Martelly sur plusieurs angles. D’abord, il a fait référence à la situation de nos compatriotes en situation irrégulière en République dominicaine. Si on les rapatrie ils seront des apatrides, c’est-à-dire, ils n’auront aucune nationalité, a-t-il souligné. Il s’est demandé si avec la décision du BCEN contre Sophia Saint-Rémy Martelly on n’a pas créé un cas d’apatridie. Elle a renoncé à sa nationalité américaine et les Haïtiens ne reconnaissent pas sa nationalité haïtienne non plus. « C’est un problème très sérieux… », a-t-il dit. Le chef de la Primature croit que toute personne désirant briguer un poste électif doit se conformer aux formalités exigées. Cependant, il pense que des décisions pourraient être prises qui vont au-delà des principes régissant la compétition et qui pourrait avoir des conséquences non souhaitables pour le pays. Par ailleurs, sur les 17 cas de contestation traités au BCEN, sept ont été approuvés et huit rejetés. Le BCEN maintient dans la course électorale les candidatures de Joseph Lambert de PHTK, Carl Murat Cantave de la KID, Guerda Benjamin, Marc Daniel André, Pierreot Massenat, entre autres. Rien n’a été dit sur le dossier du candidat de PHTK pour le département du Nord-Est, Rudolph Boulos, contesté pour sa nationalité américaine alors que la candidature de Philippe Etienne a été rejetée.


Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) dans un rapport parvenu à HPN, exprime ses préoccupations face au déroulement du processus électoral. Le réseau doute notamment que le CEP aura la capacité d’organiser les élections en 3 temps dans le pays.

Ces doutes sont renforcés entre autres par l'absence d'une clause, au sein du décret électoral en vigueur, portant sur la célérité des résultats.

De plus, le RNDDH parle des difficultés et les retards enregistrés dans le processus électoral.

Par conséquent, le réseau de défense des droits humains invite le CEP à réévaluer son calendrier et à prendre les dispositions qui s'imposent en n'écartant pas la possibilité de renvoyer les élections législatives partielles prévues pour le mois d'août 2015 au mois d'octobre 2015, avec le premier tour des élections présidentielles et les élections locales.

Le RNDDH estime « qu'il est préférable d'organiser de bonnes élections plutôt que de se précipiter et d'organiser des élections qui risquent de déboucher sur une crise postélectorale ».

Autre point soulevé par le RNDDH est le replâtrage au niveau de certains BED et BEC dans plusieurs endroits du pays notamment Ennery, Marchand Dessalines et dans le département de l'Artibonite. En effet, selon le réseau des mouvements de protestation sont enregistrés en raison de « stratégie non transparente », utilisée par le CEP.

Plus loin, le RNDDH dit prend acte des nombreuses décisions prises par le Bureau du Contentieux Electoral National (BCEN) dans le cadre des contestations introduites auprès de lui. Cependant, l'organisation rappelle au CEP que décider d'écarter ou de retenir la candidature d'un citoyen ne peut se faire seulement sur la base des contestations, et que aussi les dossiers de tous les candidats, y compris ceux qui ne sont pas l'objet de contestations, doivent obligatoirement être analysés minutieusement, au vœu de la Constitution Haïtienne et du Décret électoral en vigueur.


Le MOPOD désigne Me Samuel Madistin

La commission électorale du Mouvement patriotique populaire dessalinien (MOPOD), suite au retrait de l’ex-Premier ministre Jacques Édouard Alexis et de l’ex-première dame Mirlande Hyppolite Manigat, a confirmé Me Samuel Madistin comme candidat à la présidence aux prochaines joutes électorales, lors d’une cérémonie organisée dans la matinée du samedi 9 mai 2015 au Palais de l’art à Delmas 33. Cette cérémonie a donné lieu à un rituel sorti de l’ordinaire. Une commission composée de l’ex-mairesse de Pétion-Ville, Mme Claire Lydie Parent, de nouveau candidate pour la mairie de Pétion-Ville, et de l’ex-sénateur Turneb Delpé, également candidat au Sénat aux prochaines législatives, a été formée pour introduire dans la salle le candidat désigné. Arrivé en cortège, Me Samuel Madistin a fait son entrée sous les vivats d’un public nombreux, totalement acquis à sa cause. La cérémonie a débuté par l’exécution de l’hymne national, chanté par le secrétaire général du Parti Louvri Baryè (PLB), l’ingénieur Anès Lubin, candidat à la députation pour la circonscription de Petite-Rivière de l’Artibonite et de Me Joseph Jean Castro du Parti révolutionnaire pour l’organisation et le progrès (PROP). L’ex-sénateur Jean Jacques Clarck Parent et sa chorale ont ensuite créé de l’animation avec l’hymne du MOPOD, composé et mis en musique par le chanteur-vedette du groupe «Les frères Parent». Ont tour à tour pris la parole, la représentante des candidats aux collectivités territoriales pour le MOPOD, Mme Claire Lydie Parent, le représentant des candidats à la députation pour le MOPOD Alix Salomon, candidat pour la circonscription de Milot (département du Nord) et le représentant des candidats au Sénat, l’ex-sénateur Turneb Delpé.

Après cette prise de parole, le président de la commission électorale du MOPOD, l’ingénieur Anès Lubin, a donné lecture du procès-verbal désignant Me Samuel Madistin comme candidat à la présidence du MOPOD. Une ampliation dudit procès-verbal et l’attestation autorisant le candidat à s’inscrire au Conseil électoral provisoire lui ont été officiellement remises par le coordonnateur général du MOPOD, l’agronome Jean-André Victor. Cette formalité une fois remplie, le maître de cérémonie, l’ex-député Serge Jean-Louis, a invité le candidat à la présidence à gravir la tribune aux fins de prêter le serment du MOPOD et de livrer au public son message de circonstance. Lisant la version créole du serment du MOPOD, Me Samuel Madistin a juré de respecter et de faire respecter l’argent de l’État, de travailler pour la réalisation de la démocratie et du développement en Haïti, de défendre la souveraineté nationale et la dignité du peuple haïtien, conformément aux lois haïtiennes et à l’idéal dessalinien.

 

 

 

 

Le président de la fédération haïtienne de football (FHF), Dr Yves Jean Bart, touché par l’incident de la 13e journée qui s’est passé aux matches du Tempête FC et de FICA au parc Levelt où l’arbitre central Walner Laventure a été malmené par l’attaquant Eliphène Cadet et les fans de la formation « Belle Colonne », a présenté ses sympathies et sa solidarité à l’endroit de cet arbitre et condamne fermement cet acte.

Voici la lettre du président de la FHF

Walner, Souffrant toute cette semaine je n’ai pas eu accès presque à mon mail mais du mieux que je pouvais et jusque dans la porte de l’avion j’étais en contact avec le Président GRANT pour m’enquérir que votre état de santé évoluait favorablement, heureusement Dieu dans sa bonté vous protège la vie.

C’est un acte de barbarie inadmissible dans le monde moderne qui priorise les droits, l’intégrité et l’inviolabilité physique de la personne humaine.

La FHF l’a déjà fermement condamné dans une note officielle mais le dossier ne restera pas à ce stade puisqu’il a été, comme c’est la règle, transféré à la Commission de discipline pour des sanctions exemplaires.

L’arbitre est un homme et le football un JEU!

Nous vous renouvelons nos sentiments de solidarité et nous vous garantissons que la fhf, comme elle le fait toujours, sera avec vous et vous assistera jusqu’à votre complète récupération, soyez en assuré.

Je voudrais en profiter pour présenter ma sympathie et exprimer notre plein soutien et notre totale solidarité à tous vos collègues qui ne doivent pas se laisser intimider dans la rigueur qu’ils mettent chaque jour à diriger des matches avec autorité et impartialité.

La famille du football est consciente des efforts et des sacrifices que vous avez consentis ces dernières années à travers le programme de développement de la FIFA pour faire un bond vers la qualité de l’arbitrage haïtien; la CONCACAF et la FIFA l’ont apprécié à un point tel que plusieurs d’entre vous ont été honorés et invités à diriger des matches à enjeu au niveau international.

L’effort continuera dès la semaine prochaine d’ailleurs avec le cours d’élite de la fifa mais aussi les nombreux tests que votre dynamique CONA, votre instance de direction, impose à tous les chevaliers du sifflet.

L’arbitre un homme, un sportif... Sans arbitre, pas de jeu!

Force doit rester au JEU...LA VIOLENCE ET L’ENJEU NE DOIVENT PAS TUER LE JEU.

A bientôt Walner ! Ce ne sont que de dures épreuves placées sur la route du succès et du courage dans votre ascension que la famille du football encourage et apprécie.

Dr Yves JEAN BART


Les arbitres contraignent au report de la 14e journée

Sans prévenir, les arbitres se sont abstenus de se présenter sur les pelouses pour officier dans les différnts matchs de football masculin tant en championnat haïtien de football professionnel Digicel que dans les divisions inférieures afin de protester contre la décision de la Commission d'organisation du championnat national de football professionnel Digicel (COCHAFOP), à l'issue du match entre le Tempête et le FICA comptant pour la 13e journée.

 
 

Radio Concorde  2013 • Privacy Policy Terms Of Use

All rights reserved