Click the link only if the player does not load in about 5 seconds.

WRCB LIVE

Chaque Vendredi allez vous detendre au Club Bazilique a City Limit Randolph ancien local de Copa Grande.Admission $10 .Pour info 617 504 1723.Merci

Ecoutez Radio Concorde now on Audio Now  213 9924329


 

Photo du débat entre Hillary Clinton et Bernie Sanders ce dimanche

M. Sanders a accusé sa rivale d'être endossée par Wall Street et d'avoir soutenu des accords de libre-échange ayant précipité les délocalisations industrielles qui ont sinistré la région. «L'un de nous deux a fait des discours à Wall Street pour des centaines de milliers de dollars. J'imagine que si vous êtes payée des centaines de milliers de dollars pour un discours, cela doit être un discours extraordinaire. Je pense qu'il faudrait le rendre public et laisser le peuple américain voir son contenu», a dit le sénateur.

Le pourfendeur des puissances du capital joue gros dans l'Etat du Michigan qui vote mardi pour les primaires et offrira à son vainqueur un nombre élevé de délégués. Il est en effet urgent pour Bernie Sanders de freiner l'avancée apparemment irrépressible d'Hillary Clinton vers l'investiture démocrate.


 

Ted Cruz en campagne (Crédits Gage Skidmore, CC-BY-SA 2.0) via Flickr

Grâce à sa victoire, Ted Cruz a pu récolter la majorité des 42 délégués du Wisconsin, pour porter son total à 510 et se rapprocher de Donald Trump, qui en compte 743. Donald Trump a besoin de 1237 pour remporter l’investiture. La victoire du sénateur texan rend improbable cette récolte : le milliardaire doit remporter 60% des délégués restants pour triompher.

https://pbs.twimg.com/media/CMHXEVTUYAAFITT.jpg


Donald Trump a réagi de manière vitriolique à la victoire de Ted Cruz, en dénonçant les millions de dollars en publicité négative le visant qui ont été dépensés par les Super-Pac de l’establishment. Le milliardaire a accusé le sénateur texan d’avoir coordonné ces publicités, en violation de la loi électorale. Il a aussi qualifié Ted Cruz de cheval de Troie de l’establishment.

  Home   Nouvelles d'Haiti   Nouvelles Inter.  Culture  Contact |  | Sports d'Haiti    Sport International   Programme

AudioNowRadio Concorde  617 298-1580


Environ 10 jours après leur installation, les nouveaux membres du CEP rencontrent la presse pour annoncer qu’ils travaillent sur un plan d’action de quatre points. Le plan d’action de Léopold Berlanger et de son équipe présenté à la population mardi ne comporte ni calendrier électoral ni la formation de commission de vérification électorale, encore moins l’application de l’accord du 5 février 2015. .

 

http://images.lenouvelliste.com/articles/2016-04-05/Leopold_Berlanger.JPGEvaluation de la machine électorale, réflexion et dialogue avec tous les secteurs impliqués dans les élections, renforcement de l’institution électorale et le dossier des élections municipales constituent les quatre axes du plan d’action des conseillers électoraux. Pour le moment, le CEP ne s’est fixé aucun délai dans la réalisation de ce plan. S’agissant de la formation de la commission de vérification électorale que réclament la plupart des partis politiques, le président de l’institution électorale renvoie la balle dans le camp de l’exécutif. « La vérification et la clarification des résultats des élections de 2015 est une question qui est renvoyée à une décision politique, a déclaré Léopold Berlanger. Le CEP n’a pas de compétence pour prendre cette décision politique. Le CEP est un organe technique et administratif », a soutenu le président du CEP. Selon lui, la formation d’une commission de vérification revient au pouvoir politique en accord avec les acteurs impliqués dans le processus électoral. M. Berlanger a avancé que le CEP n’a pas à dire qu’il veut ou non d'une commission de vérification. « Nous avons une seule position : organiser de bonnes élections dans de meilleures conditions, relancer le processus électoral bloqué. Pour continuer, il faut que les blocages politiques soient levés », a-t-il dit, soulignant que dans le cas contraire ils passeront pour des irresponsables. Le président du CEP a souligné, en revanche, que la formation d’une commission de vérification est un moyen pour lever le blocage. « Nous souhaitons que quelle que soit l’action qui va être faite pour lever le blocage politique soit faite le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions », a-t-il avancé. Avant d’avancer avec le processus électoral, le président du CEP a estimé que son équipe doit d’abord faire une évaluation de la machine électorale dans ses différentes composantes. Selon M. Berlanger, ils ont l’obligation de regarder ce qui a bloqué la machine électorale, comment résoudre le problème et dans combien de temps. Ce n’est qu’après cette phase que le CEP pourra avancer avec le processus, a-t-il ajouté. Comme s’il disposait de beaucoup de temps et sans contrainte des limites fixées dans l’accord du 5 février, le CEP va lancer un processus de dialogue avec tous les acteurs impliqués dans le processus électoral. Léopold Berlanger entend par là trouver un consensus et mettre en œuvre une gestion plus « transparente » et plus « rigoureuse » des élections. Selon lui, il faut apporter des corrections dans la machine électorale afin qu’il puisse inspirer confiance. Tout en reconnaissant, paradoxalement, que leur mandat est de court terme, Léopold Berlanger a annoncé que dans leur plan d’action, il est prévu de travailler avec l’exécutif et la communauté internationale afin de renforcer l’institution électorale. « Ce travail vise à un réaménagement des rapports entre le CEP, l’exécutif et l’international pour arriver à une autonomie de l’institution électorale… », a-t-il dit. Ensuite, dans les meilleurs délais, le CEP entend se pencher sur le dossier des élections municipales. Le représentant du secteur presse a annoncé la publication des résultats pour 59 sur les 140 municipalités là où il n’y a eu aucune contestation après le scrutin du 25 octobre. Selon M. Berlanger, le fait que les élections ont été contestées dans 81 communes montre que le système électoral est « malade ». « Nous sommes obligés de prendre du temps pour se pencher sur les contentieux… », a-t-il dit. Selon le président du CEP, ces quatre volets de son plan d’action permettront de relancer le processus électoral dans de bonnes conditions et dans les meilleurs délais. Pour le moment, Léopold Berlanger a fait savoir que le CEP ne peut pas parler de calendrier électoral sans une évaluation de la machine électorale et la résolution des problèmes liés au processus électoral. Interrogé sur les limites et les délais de l’accord du 5 février 2015, Léopold Berlanger a répondu que le CEP, étant une institution indépendante, « n’est pas partie de l’accord ». Selon lui, la Constitution et le décret électorale dictent comment le CEP doit fonctionner. « Il est clairement dit et compris que c’est le CEP qui a l’autorité de dire dans quel délai il entend organiser les élections », a-t-il souligné. Même pour son plan d’action de quatre points, le CEP ne s’est fixé aucun délai. Alors que la communauté internationale, des parlementaires et le PHTK réclament l’application de l’accord du 5 février 2015, Léopold Berlanger se libère du document. Pour cette première conférence de presse à laquelle tous les neuf membres du CEP avaient pris part, le président de l’institution électorale a indiqué que relancer le processus électoral constitue un grand défi non seulement pour le Conseil électoral, mais aussi pour le pays tout entier. Les élections, a-t-il dit, doivent devenir une simple formalité, mais pas une source de crise.


 

 

Ronald Larèche : « La Banque mondiale n’entend pas financer le gouvernement provisoire »

https://i.ytimg.com/vi/FyauWZ5Jo-o/hqdefault.jpgDans sa première conférence de presse, le Conseil électoral provisoire, par l’entremise de son président, a, sans ambages, exprimé son incompétence pour la mise sur pied de la commission devant faire la lumière sur les élections du 25 octobre 2015. C’est un dossier politique qui ne relève pas de la compétence de l’institution électorale, a fait valoir Léopold Berlanger Junior, président du Conseil électoral provisoire. Ce point figurant dans l’accord du 5 février 2016, qui a permis l’élection de Jocelerme Privert à la Présidence provisoire de la République, est ressenti comme un coup de massue pour les diplomates occidentaux en poste à Port-au-Prince. La poursuite du processus est le souhait exprimé par l’ambassadeur américain ainsi que celui de l’Union.

 

Haïti prend la porte de sortie

Comme on s’y attendait, Haïti a, sans surprise, mordu la poussière : 1-0, (mi-temps : 0-0), le mardi 29 mars au stade Rommel Fernandez (Panama City) face au pays hôte. Au terme de ce match comptant pour la 4e journée du 4e tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Russie 2018, zone Concacaf, les Grenadiers, qui ont encore à jouer deux matches, sont éliminés.


 

Le Don Bosco en leader Le Don Bosco de Pétion-Ville a disposé de l'Inter de Grand-Goâve (2-0) pour se placer à la hauteur du leader en tête du classement de la série d'ouverture du championnat national de D1. Contre une formation de l'Inter de Grand-Goâve qui, en 8 journées de compétition, n'a encore rien marqué, les Pétion-Villois ont fait la différence au parc Sainte-Thérèse grâce à Alphonse Jephté et Folson Pierre. Ça va mal pour le Violette Athlétic Club A 2 ans et un mois de son centième anniversaire, le Violette Athlétic Club se retrouve encore dans l'impasse à tous les niveaux. 17e au classement, le doyen des clubs ne compte que 5 points après 9 journées de compétition. 5 points obtenus pour 5 matchs nuls et 4 revers concédés en 9 journées. 0 but après 9 journées Le doyen des clubs n'a encore inscrit aucun but. Contre le leader, dimanche, les Bleus ont pourtant porté le danger dans la surface adverse (12e, 15e, 17e) mais ont péché dans la finition. Les visiteurs ont timidement tenté sans grande réussite et à la mi-temps les deux adversaires rentraient aux vestiaires avec le score de départ. Si en seconde période le leader a quelquefois manifesté l'intention de faire valoir son statut, ce sont les locaux qui ont manqué l'occasion du match à quelques minutes de la fin. Sur une action collective, le portier des visiteurs repousse le ballon que l'attaquant du Violette reprend en puissance et plein axe mais un défenseur du Racing se sacrifie sur la ligne pour dévier le ballon en corner. L'attaquant a marqué puisque le portier était battu mais le défenseur a effacé. Score final 0-0.


 
 

Radio Concorde  2016 • Privacy Policy Terms Of Use

All rights reserved